Comprendre les ISO

Un Guide pour débuter

 

Il est indispensable de bien comprendre le rôle des « ISO » si on veut réussir de beaux clichés. A quoi servent-ils ? Comment les utiliser…

Avec le réglage de l’ouverture et de la vitesse d’obturation que nous verrons un peu plus loin, le réglage des « ISO » ou plutôt de la « sensibilité » est l’un des 3 éléments qui vont nous permettre d’assurer un bon réglage de l’exposition et de la qualité de l’image.

 

1) Vous avez dit « ISO » ?

Le réglage des « ISO » revient à régler la sensibilité de l’appareil photo vis à vis de la lumière disponible…

 

A l’époque de l’argentique, on choisissait les pellicules en fonction de leurs caractéristiques de sensibilité et de l’usage qu’on allait en faire…

Plus on souhaitait insister sur la qualité et la finesse de l’image (on parle de « piqué »), plus on optait pour une pellicule ayant un nombre d’ISO (« ASA » à l’époque) faible (50 à 100 ISO).

Si on devait réaliser un reportage sportif, où les sujets sont très mobiles ou la lumière faible, on optait pour une pellicule dite « sensible » au nombre d’ISO élevé (à partir de 400 ISO)

Plus techniquement parlant, l’ISO est un indice de sensibilité à la lumière, reprenant les deux anciennes normes ASA et DIN.

Aujourd’hui, votre appareil photo est numérique et n’utilise pas de pellicules argentiques. C’est le « CAPTEUR », élément constitutif majeur qui est chargé (entre autre) de capter la lumière et de la transformer en image.

Le réglage des ISO pourra donc se faire en temps réel, directement sur l’appareil, en fonction des conditions de lumière du moment et du sujet à photographier.

Mais attention, l’augmentation abusive des ISO n’est pas sans risque pour l’image… En effet, plus vous augmenterez les ISO, plus votre image fera de « bruit »…

Le « bruit » en question se concrétise par une perte de qualité de l’image. Une espèce de grain coloré d’un effet peu qualitatif recouvre alors toute sa surface… A noter que les appareils numériques d’entrée de gamme sont plus sensibles à ce phénomène que leurs « grands frères » - aussi beaucoup plus chers…

Comparez les deux images ci-dessous

Comparaison ISO 100 vs 6400

 

La différence de « bruit » et de qualité est très nette entre l’image de gauche (100 ISO) et celle de droite (6400 ISO).

En clair, plus votre réglage ISO sera bas, plus l’image sera « piquée ». Plus vous augmenterez les ISO, plus vous perdrez en qualité de « piqué ».

 

2) Quand utiliser des valeurs ISO « hautes»?

Dans des conditions d’éclairage faible, vous serez amené à augmenter la sensibilité de la prise de vue, donc « monter » en ISO, sans quoi, la prise de vue sera impossible.

Exemple :

 

1/60 – f /5.6 - 1600 ISO

 

Réalisée de nuit à la lumière d’un réverbère, cette photo en noir et blanc gagne à présenter un très léger grain…

Traditionnellement, les indices ISO sur les appareils numériques s’échelonnent de 100 à 6400 par un incrément multiplicateur de 2 : 100 – 200 – 400 – 800 – 1600 – 3200 – 6400…

A chaque fois que vous augmentez votre réglage d’un cran, vous multipliez par 2 la sensibilité du capteur à la lumière.

Ainsi, une augmentation de 100 à 400 ISO quadruplera la sensibilité du capteur et le rendra de ce fait 4 fois plus rapide.

A titre d’exemple, la photo ci-dessus prise à 3200 ISO (au lieu de 1600 indiqués) aurait pu être prise au 1/125 de seconde, alors que prise à 800 ISO, la rapidité serait tombée au 1/30 de seconde…

Nous verrons dans un prochain chapitre que l’on peut compenser (dans une certaine mesure) la perte de vitesse d’obturation par un accroissement proportionnel de l’ouverture de l’objectif…

Autre situation où l’augmentation des ISO peut être nécessaire, lors de prises de vues de sujets très mobiles toujours dans des conditions de lumière faible ou difficile : 

 

1/500 – f /8 - 800 ISO

 

Ibis très mobile pris dans un sous-bois avec une luminosité relativement faible et avec un super-téléobjectif (800mm) à focale fixe (f /8) …

3) Quand utiliser des valeurs ISO « basses »?

Plus vous chercherez à réaliser des photos « piquées », sans grain ni « bruit », plus vous serez amener à choisir des conditions de lumière naturelle ou artificielle (flash par exemple) élevées..

Exemple :

1/320 – f /11 - 100 ISO

 

Portrait en bord de mer baigné de soleil et de lumière (un flash de jour est utilisé en appoint pour chasser les ombres du visage)…

4) Le mode ISO « Auto »

Les appareils numériques proposent le plus souvent un mode « ISO Auto ».

Si vous ne cherchez pas à réaliser systématiquement des très belles photos, vous pourrez toujours y remédier, à vos risques et périls cependant…

Un joli portrait d’enfant même très bien cadré pris à 12800 ISO (manque de lumière, ou absence de flash)  sera très probablement ruiné par le bruit généré du à la montée intempestive en ISO du mode Auto…

1/60 – f /4.5 - 6400 ISO

 

Portrait d’enfant réalisé en intérieur en faible condition de lumière, sans flash. La montée en ISO du mode ISO-Auto génère du « bruit » et nuit à la qualité du cliché…

1/60 – f /8 - 200 ISO

 

La photo suivante avec le même cadrage, prise avec un flash d’ambiance et un indice ISO 200

A suivre....

Jean-Luc Barbas  | 06.60.26.44.55 | virgilephotopassion@gmail.com

44230 SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE

  • Facebook Social Icon
  • Twitter Social Icon
  • Google+ Social Icon
  • Pinterest Social Icon